Aller au contenu

Quelles sont les méthodes de réalisation d’un curage ?

La démolition d’un édifice est une activité délicate qui entre dans le cadre de l’aménagement et du rayonnement d’une vieille construction. Ainsi, si le curage bâtiment est l’une des étapes essentielles de la démolition, cette tâche doit nécessairement être confiée aux soins des professionnels. Lisez cet article pour découvrir les différentes méthodes de réalisation d’un curage bâtiment.

Le Curage bâtiment : de quoi s’agit-il en réalité ?

Le curage bâtiment est la destruction partielle d’une construction, une maison ou encore un édifice en vue de retirer les éléments non constructifs que contient cette dernière. En d’autres termes, c’est le nettoyage ou le tri des composants tels que le béton contaminé ou souillé par l’amiante. Pendant la démolition de l’intérieur d’une maison par exemple, on peut retrouver des variétés non constructives telles que l’asphaltage des murs et sols, les brises, le mauvais béton ou les menuiseries. Une fois le curage réalisé, on observe que les mûrs, les dallages et les planches comme éléments restants.

Méthodes de réalisation curage d’un bâtiment sur un édifice

Le curage d’un bâtiment se fait suivant des étapes bien précises et selon les réalités du terrain. Pour ce fait, trois grandes méthodes sont utilisées pour obtenir un résultat escompté. On a :

  • La méthode de la percussion : on fait recours à cette méthode lorsque l’étendue à détruire n’est pas assez considérable. Les instruments qui peuvent être utilisés pour le compte de cette technique sont entre autres, le mini brise-roche ; le brise-béton et le marteau-piqueur. La résonance et les débris de poussières qui résultent de cette méthode ne sont pas négligeables ;
  • Le curage par hydrodémolition : ici, il s’agit de démolir du béton de surface en faisant usage des jets d’eau pour réduire la poussière. Le tremblement généré dans ce cas est moins sérieux que celui de la méthode précédente. Aussi, est-il à signaler que la méthode de curage par hydrodémolition favorise la préservation des architectures et le pilier du fond de bétons ;
  • Le curage par scarification : cette méthode est généralement utilisée quand il s’agit de gisantes couches de bloc et béton à enlever. Sa réalisation fait appel à un rouleau doté de pointes métalliques. Le curage par scarification est très efficace puisqu’elle offre une rapidité de l’avancement des travaux. De même, l’on a la possibilité de travailler sur un champ horizontal de 100 mètres carrés en une heure environ.

Quels sont les risques liés au curage bâtiment ?

La sélection des divers éléments lors d’un curage doit être faite minutieusement. Pour cela, il faut bien planifier les activités à réaliser. Les étapes de tri, la logistique du chantier doivent être anticipées et préparées en vue de la sécurité sur le terrain. Le curage bâtiment présente trop de risques. Les multiples embuscades dont il s’agit résident dans le démontage des objets contaminés par l’amiante et le plomb. Ces derniers constituent le plus grand danger d’étalage aux polluants. De nombreuses manœuvres manuelles sont engendrées lors d’un curage dans les lieux agités. A cet effet, il est primordial d’envisager le port strict de masque, l’emploi d’abri commun par aspiration ou brumisation. De même, il urge d’envisager des moyens de protections plus sophistiqués et une organisation spécifique dans le cadre de la sécurité sanitaire.